Symphonic' Adamo - 1994

Les collines de Rabiah

J'ai la mémoire qui chante
Quand, dans Beyrouth, je me revois
La démarche insouciante
J'étais personne et j'étais roi

J'ai la mémoire qui danse
Sur les collines de Rabiah
Quand le soleil, en transparence
Dessinait mille magnolias, mille magnolias

Beyrouth alors était un rêve
J'en cueillais ma petite part
La paix ne s'appelait pas trêve
La guerre était pour bien plus tard

La mer dormait devant ma chambre
Et s'étirait comme un gros chat
Les jours coulaient leurs senteurs d'ambre
Baudelaire aurait pu vivre là

Au coeur des magnolias
Sur les collines de Rabiah
Au coeur des magnolias
Sur les collines de Rabiah

J'ai la mémoire qui pleure
Quand, sur l'écran, je te revois
En images qui écoeurent
Pauvre Liban, j'ai mal pour toi

J'ai la mémoire qui saigne
Du sang versé par tes enfants
Et tes soleils soudain s'éteignent
Et plus personne ne comprend, personne ne comprend

Que l'on massacre l'innocence
Comme à Damour ou Chatila
Qu'on vienne d'Amérique ou de France
Mourir au nom de quel Allah

Que pour se partager tes ruines
Au plus sanglant, reste le mieux
Et c'est la paix qu'on assassine
Qu'on écartèle entre tes dieux

Au coeur des magnolias
Sur les collines de Rabiah
Au coeur des magnolias
Sur les collines de Rabiah

Ir a la página principal -> Salvatore Adamo.tk