La Grande Roue - 2012

Le souvenir du bonheur

J’attendrai s’il le faut
Que tu te sois grisée
De mille délices
Et si tu tombais de haut
Après t’être brûlée
À quelque maléfice
Je serai là
Pour poser un baiser
Sur tes cicatrices

J’attendrai s’il le faut
Que tu vives d’autres vies
À ta démesure
Toi qui es comme l’eau
Toi qui es poésie
Et immensité pure
De ciel et de mer
Toi qui poursuis tes rêves
Au vent de l’aventure

C’est le temps qui décrète
Qui reste et qui s’en va
Tu es là dans ma tête
Tu ne me quittes pas
Le souvenir du soleil
Peut encore vous brûler
J’ai le cœur au chaud pareil
Car je t’ai rencontrée

Le souvenir du bonheur
Est encore du bonheur

J’attendrai s’il le faut
De mirage en miroir
Dans l’espace indicible
Au bord de ce chaos
Où la raison s’égare
Là où tout est possible
Mais les certitudes rares
Qu’une vague te ramène
Sur le quai du départ

C’est le temps qui décrète
Qui reste et qui s’en va
Tu es là dans ma tête
Tu ne me quittes pas
Le souvenir du soleil
Peut encore vous brûler
J’ai le cœur au chaud pareil
Car je t’ai rencontrée

Le souvenir du bonheur
Est encore du bonheur
Le souvenir du bonheur
Est encore du bonheur

Ir a la página principal -> Salvatore Adamo.tk